lundi 31 mai 2010

Salève: bon choix

J'ai hésité une fois de plus jusqu'au dernier carrefour:

-soaring Dôle? balise OK et stable, mais plaf bas et peu de soleil (pas, en fait). Certaines mauvaises langues ajouteront que la montée à pied m'a retenu... Que nenni! elle m'aurait fait du bien, en prévision du Bishorn (je sais, je sais...le 4000 des dames...) fin juin, avec option descente en para.

-soaring et thermique au Salève. Timing: kif-kif. Mais soleil, moins cogné au plaf, et plus d'espace pour voler, mais pas de joujou possible avec le sol en N.

Et me voici lancé sur l'autoroute depuis 30 secondes que mon téléphone sonne. Etienne vient de soarer 1h30 à la Dôle et c'était bien! Il vient de croiser Pascal qui y montait... scrogneugneu!

Tant pis. Je continue.

Arrivé au Télé, 2 voiles en l'air vont poser. Les employés de cette géniale installation pour nous autres parapentistes et aussi pour les VTT Riders me préviennent d'une alerte de leur balise du haut. 15m/s.

Je laisse passer une cabine et décide d'attendre confirmation de ce forcissement.

Arrive toute une clique de copains: Fabien, Luca, Frédéric, et d'autres que je connais moins.

On monte, on verra au soleil.

Bonnes rafales thermiques à l'arrivée du Télé. C'est pas gagné!

On se tâte, Jean-Marc (sauf erreur) décolle avec son Oméga. Il est un peu catapulté au départ, mais en s'éloignant du relief, ça à l'air d'aller. Je me décide après 10 minutes.

A partir de quel moment doit-on s'encourager, se faire un peu violence, afin de se confronter à un peu plus de difficultés, pour progresser, mais en s'écoutant encore un peu toutefois, et en restant dans une marge de sécurité dont on ignore parfois où elle est...

C'est là tout l'art des pros...

Heureusement, aujourd'hui, le choix n'était pas à regretter. à 300m du relief, c'était de l'huile!
Même les thermiques étaient tranquilles. Luca et Fred décolleront également. Je me balade pendant 1h50, avec le plaf à 1700, jusqu'à la Tour facile, un peu par devant. Le retour est accéléré à coin, j'avance à 20-25km/h. Aucune surprise! béton cette Sigma7. Et je commence à bien me faire à la Kamasutra et son cocon. Sympa. Elle amorti vraiment mieux que l'Altirando!
Et ce fuselage... on a l'impression d'être une pro... gare à la grosse tête!

Einh Luca! me monte pas la tête avec Ta Mouette à Kilomette.

M'enfin...sympa ce Luca, j'ai du plaisir à te rencontrer à chaque fois. Fab aussi. Faudra qu'on fasse un vol sérieux ensemble, une fois...

Je finis mon vol plus loin que jamais (pour moi) sur Annemasse et en avant vers Genève.

Luca Black&Blue Design, et Frédéric






samedi 29 mai 2010

St-Cergue, entretien du site et vol sympa


Joli vol de 2h20 avec plaf à 1850m. Vaché bêtement à Longirod.

Un détail, à côté du vol de Ruru jusqu'au Suchet! Bravo mon Ruru!


Philgood


François Germain, le "guide", semble désaltéré...
Etienne aussi...

vendredi 28 mai 2010

Dôle, rejoint les copains en paramoteur pour soaring


Les Lacombe ont volé jusqu'à la nuit, y compris le père, Bernard. Etienne y a volé aussi.

20-28 à 30-35, en 310°, parfait.

15h, chuis crevé (oui, ça m'arrive!) et décide de ne pas voler. Pause lecture terrasse.
Etienne appelle pour aller à la Dôle... tentant, mais non!

16h Kreukreu appelle, il a besoin de moi pour un service... bon...

18h15, je pars avec le paramoteur. Aux Rousses, je vois encore une voile bleue à la Dôle. Je décide de la rejoindre au moteur. J'utilise les ascendances dynamiques et thermiques sur les faces NO pour aider la montée (sur les Jouvencelles).

Bien entendu, c'était Luco et Priscille, les Chantres de la Dôle, accompagnés par Bernard qui s'essaie.

Je coupe le moteur, et ça le fait nickel. Je pose au bout de 10 minutes pour les saluer correctement.

Puis redécolle. Il m'arrive de redémarrer le moteur pour aller voir les extrémités vers lesquelles on n'ose pas aller en soaring (dont Poël Chaud).

Puis je pars vers le NO chercher le soleil. Mt-Fier et un peu plus loin, jeu près du sol. Retour sur Prémanon et le Fort des Rousses. Posé à 21h20.

2h fort sympathiques!









jeudi 27 mai 2010

Salève, essai de matos léger pour montagne

En prévision d'une descente du Bishorn (4000 des dames).

J'ai essayé l'AlphaHike de Advance, en S (23m2), avec la sellette Kairn de Kortel et son sac.

5,5kg sans besoin d'un autre sac, c'est pas mal.

Elle est très agréable à voler. Je retrouve des sensations Advancesques de ma Sigma7. Les jambières séparées rendent le pilotage actif même avec les cuisses. Sympa.

1h45 de soaring et de thermique aux Crêts, avec plein de copains.

Ludo et Arnaud

En allant poser, je vis ceci! Dommage que je n'avais pas ma Sigma7 pour tester cette autoroute vers les Voirons
Arnaud en atterro 3/6
video

mercredi 26 mai 2010

Charézier raté


Attente de 15h à 17h pour rien, car le vent était trop fort. Un peu de gonflage gonflé, puis un plouf d'Etienne dans un creux, avant la fuite devant l'orage... ô désespoir.

On peut pas gagner tous les jours.

Pascal et Etienne patientent dans les bourrasques à 20-40
Une nouvelle technique pour répondre au téléphone sans le bruit du vent, et pour consulter l'écran de son Iphone malgré la luminosité
J'ai bien dû voler 1 mètre et 1 seconde...

MARDI 25 MAI: Poser chez les Bourbines, ça fait voyage...


... même si la distance en kilomètres reste modeste (50km).

Grandvillars- Erlenbach Im Simmental, 2h20, 3200m, vent SO à O 15-30km/h.

Je pense que c'était possible de faire beaucoup mieux, mais je manquait de préparation mentale. Je sentais le vent forcir, je n'étais pas très tranquille... allez, avouons-le... j'avais parfois les boules, et je devais respirer profondément pour me calmer et maîtriser une jambe qui tremblait (fatigue, froid, nervosité, peur?).

Ça m'énerve, je me fais peur quand parfois ce n'est pas totalement justifié! je me fais des films, quoi...

Je dois apprendre à maîtriser ces craintes au mieux.

Bon, il est vrai que le vent météo forcissait, qu'un voile de cirrus était arrivé, que je ne trouvais plus d'ascendance, que tout était à l'ombre, que j'avais atteint mon but (Stockhorn),... mais c'était encore tout-à-fait volable plus loin, et j'ai nettement manqué de lucidité mentale pour me refaire près du Niesen.

M'enfin...

C'était super-beau!!!!!

Les Vanils à Gauche. Je me dirige vers le Vanil Carré pour éventuellement passer facilement la crête vers Château-d'Oex
Ça y est, je me décide! 2800, je bascule vers Rougemont
Les Gastlosen
L'aérodrome de Saanen et Gstaad à droite. J'aurais vu pas mal d'avions à réaction manoeuvrer dans les alentours, et aussi tirer des roquettes, et accompagner aussi un drôle de gros avion (j'ai cru d'abord que c'était SolarImpulse). J'espère ne pas avoir fais faux!
Gumfluh et Videmanette sur Rougemont
Tout au fond, le Simmental, mon but
Un point bas (1700) près du Jaunpass. au fond, le Stockhorn
C'est bon, je me suis refait. Lac de Thoune, Niesen

Ayant renoncé à aller plus loin, je reviens en arrière vers Erlenbach (gare repérée) afin de me laisser 2 options: auto-stop ou train

Le charme de la Suisse allemande
Et pour finir, retour en train (3h). Merci à Pascal et Etienne qui ont ramené la voiture




lundi 24 mai 2010

Pas volé... réunion (sympathique!) de cousins.

Je suis rentré de Valence (en voiture!) aujourd'hui entre 15h et 17h30, ça volait super bien partouuuuuuuuuut!!!!!!!!!!!

Sur le Nord du Vercors (entre Bourg de Péage et Grenoble) en O, 3,4 voiles.
Sur La Chartreuse, sur Voreppe (3 voiles) et entre Grenoble et Chambéry (St-Hilaire), 30-40 voiles, qqunes en cross au 2e étage.
Sur La Belledonne (versant sud de l'Isère) 10-15 voiles, la moitié en cross haute altitude (3000) et d'autres en soaring (bon SO) sur Allevard.
Puis sur les Bauges, en transition sud Chambéry, sur le Sir, puis longeant l'autoroute jusqu'au Semnoz à toutes les altitudes.
Puis à Annecy sur les Mts de Veyrier, mais pas pu voir plus loin (...font chier ces arbres le long des autoroutes!).
Puis peu aux Crêts, Salève.

Il me semble que le SO forcissait.

Chez nous, personne, évidemment vu le vent un chouia trop fort, orienté OSO à la Dôle.

Alors ? qui a fait quoi, que je baaaaaaaave de jalousie!

mardi 18 mai 2010

Orcier/Thonon

Nouveau site pour Nico et moi-même.
On tombe sur Michel, un local. Pratique.
L'orientation en NNE n'est pas idéale: Déco du Couteau.
Je peine à monter, avant de partir 2 fois à 1800m dans un thermique très couché. Vent météo de 15-25km/h. Un peu fort.

Puis un boulet de canon me propulse encore à 1800 (je dois sortir cause TMA) mais dans un thermique très peu couché, tellement il était fort. Je me décide à quitter le coin. J'hésite à Viser le retour vers les Voirons, mais tout devient à l'ombre. La Vallée verte est bien ensoleillée, j'y vais à 55km/h. Trop de vent, je peine à enrouler et craint de me trouver sous les vent des pré-reliefs. Je vache avant Boëge, bien au vent d'un petit col où je reste scotché 2 minutes.

Posé sans souçi. Une bière à Villard, et Nico passe me prendre. Merci l'ami.

Côté Est du Couteau, un déco également, mais sans beaucoup d'intérêt
On voit le billiat
Le Roc d'Enfer, au fond
Le déco N-NE
Nico
Michel (encore un !?), un local, et l'atterro à sa gauche
Vaché dans la Vallée verte. Un cross de 15km!!!! Monnnnnsrtueux quoi...
M'enfin, un nouveau site est toujours une belle expérience.

lundi 17 mai 2010

Salève encore, quand c'est bouché partout

Joli vol d'1h30, sympathique en compagnie d'Etienne et Arnaud pour le déco.

Joué un peu aux alentours de La Table, puis recherche de solutions sur le Petit Salève. Etienne chope une belle ascendance sur Etrembière. Je le jalouse un peu, mais trouve à gratouiller avant (950m). Puis en fin une belle pompe, après avoir observé un moment ce que faisaient Francis et un autre sur l'autoroute vers Etrembière également. Apparemment rien d'extraordinaire.

Cette belle pompe me propulse à +9m/s à 1700m. Je me décide à quitter le Salève et m'envole vers le Môle.

Hélas, après un peu de gratouille, je ne trouve pas la pompe de Nangy, et vache à côté de la nationale.

Je lève le pouce, et une voiture me pose au Télé. L'aventure facile...!

C'est quand même la première fois que je me décide à quitter le Salève côté Voirons. J'aurais d'ailleurs dû essayer d'y aller, belle rue de nuages, mais je m'étais mal informé sur les conditions pour passer sur l'aérodrome.